Images, Imagination, Imaginaries – International Symposium in Phenomenology, Perugia, Italien, 2.-7.7.2018

22nd International Symposium in Phenomenology, Perugia 2–6 July 2018

Organizing committee: Emmanuel Alloa, Bado Ndoye, Shela Sheikh

 

For its 22nd edition, the International Symposium in Phenomenology will convene around the issue of images, the imaginaries they shape, and the role of the imagination therein. Driven by the conviction that imagination is originally creative (as opposed to imitative), our aim is to probe the critical potential inherent in modes of envisioning what is, what is not (yet), or what might be otherwise.

Images play a vital role in shaping existence, both individually and socially. Whether mental or material, static or moving, in our private archives or on large screens in public space, images have a binding force in conveying messages, generating affects and eliciting responses. Given their powers to induce certain actions in their beholders, sometimes even against their will, philosophical onto-epistemology has regarded images with unconcealed skepticism, largely discarding them from the domain of true knowledge. Within modern thought, phenomenology sides with those philosophical and poetic traditions that put a strong emphasis on images and imagination as a key agent for human life. Understanding how images work means understanding how shared meaning comes about. Beyond a traditional ontology that sees imaginary appearances as delusional forces leading astray from truth, the point is to restore the epistemological function of images in the production of knowledge.

In phenomenology, the reflection on images is multifaceted: Husserl himself plays two cards at the same time: on the one hand, his “critique of image-theory” denounces representationalist beliefs according to which the mind is a camera obscura filled with pictures representing the outer world, on the other hand, he rehabilitates images and phantasia as a way of directly relating to things absent. As a space for variation, for fiction and for the “as-if”, phantasia, says Husserl, is the “life-element of phenomenology”. Many other phenomenologists have taken Husserl’s ideas further (Sartre, Heidegger, Merleau-Ponty, Maldiney, Richir), opening up parallel lines to psychoanalysis (Freud, Lacan), psychopathology (Binswanger), poetics (Bachelard), mysticism (Corbin), libidinal aesthetics (Lyotard), or the study of metaphors (Ricoeur) or political utopias (Lefort, Castoriadis).

If Merleau-Ponty is right in stating that there is an “imaginary texture of the real”, then, rather than seeing imagination as an escapist exit-option from the world, it must be acknowledged that imagination is that by which there is a world for us. If there could be no world without its being imagined, conversely, the face of the world itself will also be modified through the ways in which it is envisioned. In short, imagination is what enters the stage when things could be different, hence the intimate ties between imagination and a specific modern consciousness of contingency. From the function of the mirror image as formative of the I-function (Lacan) to the shaping of intersubjective relations through (self-)representations, there is only one step. If we are to follow Castoriadis’ idea of the “radical imaginary”, societies themselves are nothing but imaginary institutions, steeped in social imaginaries that signal a collectively instituted – and collectively instituting – form of meaning. The investigations into the social imaginary point towards the idea of modern democratic power as an “empty space” (Lefort) that can never be permanently grounded, an empty placeholder waiting to be filled.

By connecting the resources that can be drawn from phenomenology and other philosophical currents with empirical engagements, the aim of the 2018 gathering is to put the critical force of images – in their relation to the imagination and the imaginary – to the test. Questions include, but are not limited to: What is the relationship between images and evidence (epistemic, juridical)? And between images and history: can images figure absences or even traumas? Who and what is currently represented in mass-media systems, and whose lives remain off-screen? What are the regimes of (racialized, gendered, colonial) representation and how to undo them? How are images used to document injustice and violence, as a means of claiming rights in political counter-movements? How is the theological argument of the “unrepresentable” used today, with the rise of new fanaticisms and forms of religious intolerance? What, today, are the roles of images, the imagination and the imaginary in the constitution of society and community? How are written cultures and their notion of critique challenged by the progressive domination of an increasingly visualized form of culture? What is the validity of a colonizing “global imaginary”, and how has this been contested by side-lined (geopolitical or ethnocultural) traditions that deserve our renewed attention? Moreover, and on the brink of impending ecological catastrophes: how to imagine or picture the threat of the end of the world? How can figurations of alternative futures be opposed to pre-emptive scenarios, which govern our present? Confronting the phenomenological heritage with the contemporary forces us to ask to what extent the modernist promises attached to imagination are still applicable in the face of machinic images and automatized visuality. What are the emancipatory uses of images, against stereotypes and other calculating rationalities, and where do artistic strategies come into play? Between epistemology and subject theory, aesthetics and politics, the domain of images opens up a vast interrogation of the foundations of modernity and possible futures.

More informations here.


[en français]

XXIIe Symposium International en Phénoménologie, Perugia 2–6 juillet 2018

Comité organisateur : Emmanuel Alloa, Bado Ndoye, Shela Sheikh

 

Pour sa XXIIe édition, le Symposium International en Phénoménologie aura pour thème la question des images, des imaginaires que celles-ci façonnent et du rôle tenu par l’imagination. Faisant le pari d’une imagination originairement créatrice (par opposition à une imagination reproductive), il s’agira d’explorer les potentialités critiques qui s’ouvrent chaque fois que l’on se figure ce qui est, ce qui n’est pas ou pas encore ou ce qui pourrait être autrement.

Les images jouent un rôle de plus en plus important dans nos existences individuelles et sociales. Qu’il s’agisse d’images mentales ou matérielles, statiques ou en mouvement, qu’elles résident au fond de nos archives privées ou se déploient sur de larges écrans dans l’espace public, les images possèdent une force incomparable pour faire passer un message, susciter des affects et générer des réponses. C’est précisément en raison de ce pouvoir d’agir sur ceux et celles qui les regardent, parfois même contre leur gré, que la philosophie et la théologie ont considéré les images avec un scepticisme non dissimulé, bannissant largement celles-ci de l’Olympe du savoir véritable. Au sein de la pensée moderne, la phénoménologie s’inscrit dans le courant de ces traditions philosophiques et poétiques qui ont mis l’accent sur l’imagination comme vecteur décisif pour la vie humaine. Comprendre comment fonctionnent les images, c’est comprendre comment se constitue un horizon de sens partagé. Au-delà d’une ontologie traditionnelle, qui voit dans les apparences imaginaires des forces du leurre qui éloignent de la vérité, il s’agit de réhabiliter la fonction épistémologique des images dans la production du savoir.

La réflexion phénoménologique sur les images est multiple. Husserl lui-même joue sur un double tableau : par sa « critique de la théorie des images », il entend dénoncer le représentationnalisme qui fait de la conscience une camera obscura peuplée de copies imparfaites représentant le monde extérieur, mais en même temps, il réhabilite les images et la phantasia comme autant de manière pour se référer directement aux choses et aux êtres absents. En tant qu’espace de variation, de fiction et du « comme-si », la phantasiareprésente selon Husserl « l’élément vital de la phénoménologie ». Bien d’autres phénoménologues ont prolongé les pistes ouvertes par Husserl (Sartre, Heidegger, Merleau-Ponty, Maldiney, Richir), construisant des passerelles vers la psychanalyse (Freud, Lacan), la psychopathologie (Binswanger), la poétique (Bachelard), le mysticisme (Corbin), l’esthétique libidinale (Lyotard), l’étude des métaphores (Ricoeur) ou des utopies politiques (Lefort, Castoriadis).

Or si Merleau-Ponty a raison d’affirmer qu’il y a une « texture imaginaire du réel », alors, plutôt que de concevoir l’imagination comme une façon de s’évader de la réalité, cela voudrait dire au contraire que c’est grâce à l’imagination qu’il y a un monde pour nous. S’il n’y a pas de monde sans que celui-ci soit imaginé, inversement, la face du monde elle-même est donc modifiée par les façons dont celui-ci est envisagé. Bref, l’imagination est ce qui entre sur scène chaque fois que les choses pourraient aller autrement, d’où le lien intime entre l’imagination et une conscience spécifiquement moderne de la contingence. De la fonction du miroir comme formateur de la fonction du Je (Lacan) à la mise en forme de relations intersubjectives à travers les images de soi et des autres, il n’y a qu’un pas. Si nous suivons l’idée de Castoriadis sur l’« imaginaire radical », les sociétés elles-mêmes ne sont rien que des institutions imaginaires, imprégnées d’imaginaires sociaux qui renvoient vers un régime de sens simultanément constituant et constitué. Ces enquêtes sur l’imaginaire social pointent vers l’idée d’un pouvoir démocratique organisé autour d’un « centre vide » (Lefort) qui ne pourra jamais trouver de fondement définitif, d’un signifiant vide qui demande d’être constamment réapproprié.

En mettant en rapport les ressources qu’offrent la phénoménologie et d’autres courants philosophiques avec des pratiques et des engagements de type empirique, l’objectif du Symposium de 2018 est de mettre à l’épreuve le potentiel critique des images, dans leur rapport à l’imagination et aux imaginaires. Parmi les questions qui pourront être affrontées (la liste n’est pas exhaustive) : quelle est la relation entre l’image et la preuve (épistémique, juridique) ? Quelle est la relation entre image et histoire : les images peuvent-elles figurer des absences ou même des traumas ? Qui et quoi est exposé par le système mass-médiatique, et quelles formes de vies restent dans le hors-champ ?Quels sont les les régimes (racialisés, genrés) de représentation et comment les défaire ? Comment les images sont-elles employées pour documenter l’injustice et la violence, réclamer des droits bafoués ou pour organiser des mouvements contestataires ? Comment l’argument théologique de l’ « irreprésentable » est-il invoqué aujourd’hui, avec la montée de nouveaux fanatismes et d’intolérance religieuse ? Quel est le rôle de l’image, de l’imagination et de l’imaginaire dans la formation des sociétés et des communautés ? Comment est-ce que les cultures du texte et la notion de critique qui leur est associée se trouvent remises en question par la domination de plus en plus marquée d’une forme visuelle de culture ? Quelle est la validité d’un « imaginaire global », et comment celui-ci a-t-il été contesté par des traditions (géopolitiques ou ethnoculturelles) alternatives qui méritent une attention renouvelée ? En outre, et à l’orée de nouvelles catastrophes écologiques, comment représenter le scénario de la fin du monde ? Comment l’imagination de futurs alternatifs peut-il être opposée à des scénarios préventifs, qui gouvernent plus que jamais notre présent ? Confronter l’héritage phénoménologique avec le monde contemporain suppose de se demander dans quelle mesure les promesses que la modernité ’imagination créatrice peuvent encore s’appliquer aujourd’hui, eu égard aux images générées par les machines et la visualité automatisée. Quels usages émancipatoires peut-on faire des images, contre toute forme de stéréotype et contre les rationalités calculatrices ? Quel est le rôle des stratégies artistiques dans tout cela ? Entre épistémologie et théorie du sujet, esthétique et politique, le domaine des images inaugure ainsi un vaste champ d’interrogations sur la fondation de la modernité et les futurs possibles qui s’ouvrent en pointillé.

Pour plus d’informations cliquez ici.

Date
02 Jul 2018 - 07 Jul 2018

Time
All Day

Map Unavailable

5 thoughts on “Images, Imagination, Imaginaries – International Symposium in Phenomenology, Perugia, Italien, 2.-7.7.2018

Comments are closed.