L'homme ne peut jamais être un animal

Étienne Bimbenet

pp. 164-179

« L’homme ne peut jamais être un animal » : aussi surprenant que cela puisse paraître, la formule est de Merleau-Ponty lui-même, dans La Structure du comportement. Nous montrons ici qu’une telle formule non seulement est viable, mais qu’elle illustre un dispositif anthropologique parfaitement cohérent, mis en place dans le premier ouvrage de Merleau-Ponty et opératoire jusqu’à la fin de son œuvre. La phénoménologie merleau-pontienne de la perception, comme son ontologie du sensible, explicitent un acte (la perception) ou un mode d’être (le sensible) qui, jusque dans leur dimension la plus « sauvage » (la plus désintellectualisée), ne peuvent appartenir qu’à l’homme, c’est-à-dire à un être symbolique ou parlant.

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Bimbenet, É. (2010). L'homme ne peut jamais être un animal. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 6 (2), pp. 164-179.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.