Grammaire et genèse du doute

Vincent Grondin

pp. 202-222

Au contraire de la phénoménologie qui en a fait l’un de ses thèmes privilé­giés, la grammaire philosophique de Wittgenstein se caractérise sans aucun doute par une certaine insensibilité à l’égard de la dimension passive de l’expérience vécue. Bien que la grammaire philosophique soit une pensée de l’usage qui insiste sur le fait que la signification est inséparable de l’activité des locuteurs qui peuvent utiliser les mots de différentes manières (il ne faut pas oublier que les mots sont aussi des actions pour l’auteur des Recherches philosophiques)1, on ne retrouve aucune réflexion aboutie chez Wittgenstein et ses successeurs à propos du soubassement « passif » de cet usage du langage.

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Grondin, V. (2012). Grammaire et genèse du doute. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 8 (1), pp. 202-222.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.