La vie peut-elle se tourner contre soi?

Le problème de la négation de la vie envisagé à partir des concepts de Michel Henry

Damien Darcis

pp. 442-454

J’aimerais interroger ici le problème de la négation de la vie à partir de certains textes de Michel Henry consacrés à Friedrich Nietzsche dans Généalogie de la psychanalyse. Par négation de la vie, Michel Henry désigne l’ensemble des modes de vie que nous pouvons ramener sous le projet de rompre avec la vie. Il emprunte à Friedrich Nietzsche des exemples tels que le doute à l’égard de soi, l’objectivisme, le scientisme, la critique de soi, la mauvaise conscience et une figure devenue l’archétype de la négation, celle du prêtre. Le prêtre est l’homme qui tourne le dos à la vie, qui l’infirme et qui la nie pour aspirer à un au-delà, un ailleurs, une autre vie. Naïvement, le problème de la négation se formule de la manière suivante : l’individu peut-il se tourner contre la vie et la nier ? Pour répondre à cette première question, il me faut reprendre sommairement les principaux aspects de l’articulation de la vie et de la conscience telle qu’elle ressort des analyses des textes de Nietzsche par Michel Henry.

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Darcis, D. (2012). La vie peut-elle se tourner contre soi?: Le problème de la négation de la vie envisagé à partir des concepts de Michel Henry. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 8 (1), pp. 442-454.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.