Les apories du concept de redondance logique chez Bolzano

Alain Gallerand

pp. 1-27

Le concept de redondance logique chez Bolzano soulève plusieurs difficultés. Il ne s’accorde ni avec la notion de représentation simple qu’il est censé expliquer, puisque Bolzano définit les individus comme des unités composées de plusieurs caractères et décrit les représentations singulières (noms propres et indexicaux) comme l’abréviation de descriptions définies, ni avec la distinction entre jugements synthétiques et analytiques, car il sup­pose que l’analyse d’un sujet individuel permet d’en dévoiler un à un les prédicats, comme si l’expérience ne jouait aucun rôle dans la connaissance des individus. Pourquoi Bolzano reste-t-il donc attaché à un concept aussi problématique ? Est-ce le seul moyen d’expliquer comment nous nous repré­sentons des individus ? Nous montrerons que les apories de la notion de redondance logique témoignent de l’influence de la théorie leibnizienne du jugement, et qu’une version phénoménologiquement améliorée de la séman­tique objective est néanmoins capable de les surmonter et de rétablir la simplicité de la représentation et la synthèse du jugement dans leurs droits.

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Gallerand, A. (2012). Les apories du concept de redondance logique chez Bolzano. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 8 (3), pp. 1-27.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.