Bolzano et le problème du rapport intension/extension

La redondance logique vs. le principe de proportionnalité inverse

Alain Gallerand

pp. 1-25

Cet article, qui fait suite à une publication précédente (« Les apories du concept de redondance logique chez Bolzano »), poursuit un double objectif : (I) démontrer que les apories que nous avions relevées peuvent être surmontées par l’analyse des rapports extensionnels entre représentations ; (II) évaluer la contribution de Bolzano à la question classique des rapports intension/extension telle qu’elle a été posée par Port-Royal. La logique des classes, dont Bolzano pose les fondements (Théorie de la science, 2e partie, 3e section), permet en effet de dégager les lois de la redondance logique — auxquelles Bolzano ne cesse de faire implicitement référence sans en donner la formule — et de délimiter le champ d’application du principe classique de proportionnalité inverse entre intension et extension auquel déroge précisé­ment la redondance. La critique bolzanienne de la logique de Port-Royal prend alors tout son sens.

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Gallerand, A. (2013). Bolzano et le problème du rapport intension/extension: La redondance logique vs. le principe de proportionnalité inverse. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 9 (6), pp. 1-25.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.