La matérialité de l’imagination

Délia Popa

pp. 1-18

Quelle est la matière propre à l’activité imaginaire ? S’il est entendu que la perception va « aux choses mêmes » moyennant des impressions sensitives et que la signification les identifie en restant vide de contenu, avec quoi et en vue de quoi l’imagination opère-t-elle ? L’appartenance de l’imagination — depuis toujours reconnue par Husserl — à la famille des actes intentionnels intuitifs nous fournit l’indice que l’imagination ne saurait fonctionner sans un contenu sensible. Mais de quelle nature est-il ? Peut-on parler, dans son cas, d’un simple remplissement d’acte intentionnel, par lequel son sens spécifique est constitué ? Les approches que Michel Henry et Edmund Husserl ont eues de ces questions seront confrontées afin de dégager le spécifique de l’imagination tel qu’il se présente dans son rapport au sens de l’expérience.

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Popa, D. (2009). La matérialité de l’imagination. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 5 (9), pp. 1-18.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.