Subjectivité et incarnation

Peter Reynaert

pp. 144-161

Je souhaite défendre la pertinence de la phénoménologie dans le débat contemporain quant à la possibilité d’une clarification et d’une explication naturaliste de la conscience phénoménale. La première partie explique comment une théorie des actes mentaux intentionnels en termes d’acte conscient, de contenu représentationnel et d’objet intentionnel, qui est in­spirée par la phénoménologie husserlienne, conduit à concevoir la conscience phénoménale comme une propriété non intentionnelle et non représen­tationaliste d’événements mentaux. Cette conception soutient une distinction entre la qualité phénoménale de la conscience et les qualia. Les qualia doivent être compris comme des propriétés phénoménales de l’objet perçu, et peuvent dans ce sens être expliqués comme éléments du contenu intentionnel ou représentationnel, en ligne avec le représentationalisme récent. La se­conde partie clarifie la conscience phénoménale, ou le caractère subjectif spécifique des processus mentaux conscients, comme une expérience de soi préréflexive (self-awareness). Dans la dernière partie, une phénoméno­logie de l’incarnation, qui clarifie les propriétés phénoménales du corps-vécu, contribue à spécifier l’expérience de soi préréflexive en termes d’une expérience de soi spécifiquement corporelle. On soutiendra que la naturalisa­tion éventuelle de l’incarnation réclame une explication radicale des condi­tions de possibilité de cette conscience de soi corporelle.

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Reynaert, P. (2010). Subjectivité et incarnation. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 6 (8), pp. 144-161.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.