The way of the reduction via anthropology

Husserl and Lévy-Bruhl, Merleau-Ponty and Lévi-Strauss

Yuichi Sato

pp. 1-18

Cet article traite de la voie anthropologique de la réduction phénoménologique dans la lecture husserlienne de Lévy-Bruhl et la lecture merleau-pontienne de Lévi-Strauss. Husserl et Merleau-Ponty commencent leurs considérations par l’anthropologie (premier temps). Mais ils la dépassent de l’intérieur et aboutissent au champ phénoménal interculturel (deuxième temps). Husserl estime, dans sa lettre à Lévy-Bruhl, que la région interculturelle se révèle dans la “Geschichtslosigkeit” des primitifs (premier temps). Mais cette voie de la réduction ne peut commencer ni sans l’anthropologie, ni par la seule anthropologie. Il existe une voie qui mène à la phénoménologie transcendantale au-delà de l’anthropologie (deuxième temps). Grâce à leur étroite amitié dans les années 1950, Merleau-Ponty a beaucoup appris de l’anthropologie de Lévi-Strauss. L’anthropologie est une méthode qui consiste à apprendre à voir comme étranger ce qui est nôtre, et comme nôtre ce qui nous est étranger. Cette méthode est une sorte de réduction qui ouvre le champ interculturel (premier temps). L’anthropologie, comme méthode ou praxis, coïncide avec la philosophie. C’est par l’anthropologie que Merleau-Ponty discute les notions d’ « universel latéral », d’ « histoire structurale », d’ « Institution ». Mais il critique l’anthropologie qui revient au préjugé objectif (deuxième temps).

Publication details

DOI:

Full citation [Harvard style]:

Sato, Y. (2014). The way of the reduction via anthropology: Husserl and Lévy-Bruhl, Merleau-Ponty and Lévi-Strauss. Bulletin d'Analyse Phénoménologique 10 (1), pp. 1-18.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.